Comment l’association s’est elle adaptée aux risques de la Covid ? Qu’est-ce qui a été mis en place notamment durant les différents confinements ? Hélène Clavel, chargée de cohabitation à l’association, vous répond !

Quelles mesures sanitaires ont été mises en place à l’association ?

« Ça a été déjà de faire signer un engagement au respect des gestes barrière mais également aux risques liés au contexte sanitaire pour les séniors. Il y a évidemment respecter les gestes barrière sur la cohabitation mais aussi la conduite à tenir en cas de symptôme ou si on est cas contact, à savoir de bien garder la chambre et en cas de test positif quitter la cohabitation le plus vite possible. »

Il y a t-il eu des contaminations au sein des cohabitations ?
« 
Il n’y a eu aucun binôme de contaminé via un jeune ou une ou un sénior. Il y a eu un seul cas positif où la jeune a été infectée dans le cadre de son travail mais n’a pas contaminé son binôme.

 »

Comment se sont passés les confinements au sein des cohabitations ?

« Plutôt bien. On a tenté de mobiliser les jeunes, d’insister sur le fait que dans les circonstances actuelles le confinement était un facteur aggravant de l’isolement des séniors. On a plutôt demandé aux jeunes de rester sur place et investis sur le lien au sein de la cohabitation. La plupart des jeunes l’ont fait ; à peu près tous en solidaire et en formule conviviale quelques adhérents ont été se confiner en province. 
Les cohabitations se sont bien passées, ça a globalement resserré les liens. Les gens se sont beaucoup plus vus, ont bien discuté. Ça a pu rapprocher plein de binômes qui se sont découverts autrement. »




Comment l’association s’est adaptée aux confinements ?

« On a cherché à garder le lien avec tous les séniors en cohabitation en appelant régulièrement, en étant disponibles pour échanger. On a mis en place des salons de thés, des apéros et un café intergénérationnel à distance. On propose aussi un prêt de tablette pour les séniors qui formulent le besoin d’avoir leur famille en visio mais n’ont pas le matériel adapté. Les jeunes accompagnent les séniors concernés pour être aidés au niveau des tablettes. La conciergerie se mobilise beaucoup pour imaginer des activités conviviales à distance : des activités manuelles, un atelier cuisine… Et même un cadeau de Noel pour chacun de nos binômes ! Enfin, on écrit un journal participatif où tous les jeunes et séniors peuvent contribuer. On a beaucoup réfléchi pour faire en sorte de mettre une bonne dynamique dans cette période. Il me semble qu’il y a un sentiment d’appartenance plus fort qu’il y a quelques mois. Ca a rapproché les gens finalement. »