MARTINE GUFFROY ET BENJAMIN BURLANDY – VEILLER L’UN SUR L’AUTRE, UNE IDÉE DU BONHEUR
La colocation intergénérationnelle, c’est ce que Martine Guffroy et Benjamin Burlandy expérimentent. Depuis quelques mois, l’étudiant et la retraitée se soutiennent pour affronter le confinement.

Martine Guffroy enguirlande le sapin et maugrée en souriant après Benjamin Burlandy : « Mon colocataire voulait absolument que j’installe les décorations de Noël ! Alors, je suis partie acheter un sapin. » L’ancienne secrétaire en neurochirurgie pédiatrique de 71 ans explique : « L’occasion a fait le larron. Je suis allée au forum des associations, en septembre dernier, et, d’un coup, l’idée m’est venue de participer au programme de l’association “Le Pari solidaire”. »
L’idée ? Mettre en contact des seniors de plus de 60 ans et des jeunes gens en mal de logement. Martine Guffroy cherchait quelqu’un pour l’aider à s’occuper de son époux, Francis Guffroy, atteint de la maladie de Parkinson, quand elle avait besoin de s’absenter.
Elle avait de la place dans sa maison et a donc décidé d’aménager un studio dans les combles.

Une aide pour l’aidante
Benjamin Burlandy devait arriver en mars. Un projet remis à plus tard par le premier confinement. Le jeune homme de 20 ans s’est fait quelques cheveux blancs : « Au début, j’appréhendais un peu de m’occuper d’une personne souffrant de la maladie de Parkinson. Ensuite, j’ai eu peur de ne pas trouver de logement. » Car entre-temps, Francis Guffroy est hospitalisé. « Je n’allais pas annuler l’arrivée de Benjamin, s’exclame son épouse, d’autant que j’avais fait sa connaissance. Et l’association met en contact des gens qui ont des points communs. »
Après un petit temps d’adaptation, l’étudiant en science de l’ingénieur et la retraitée sympathisent.
« Je découvre quelqu’un qui mange. Je me suis remise à la cuisine », s’amuse Martine Guffroy. Benjamin Burlandy rétorque : « Et moi, j’ai trouvé une grandmère hyperactive et très bavarde ! » Martine, immédiatement après sa retraite, a travaillé pendant six ans pour l’association « Make-A-Wish ».
Cette atmosphère familiale leur fait du bien à tous les deux.

La suite de l’article : https://www.choisyleroi.fr/decouvrir-choisy/martine-guffroy-et-benjamin-burlandy-veiller-lun-sur-lautre-une-idee-du-bonheur/