Dans une dynamique de développement de nos actions dans le parc social, nous souhaitons prendre contact avec des bailleurs sociaux, intéressés par ce type de logements solidaires, et souhaitant développer des projets de liens intergénérationnels au sein de leurs résidences, à Paris et Ile de France, pour leur proposer notre offre à destination du parc social :

  • Cohabitation intergénérationnelle au sein du parc social : Nous mettons en relation un jeune de moins de 30 ans cherchant un logement avec un senior de plus de 60 ans ayant une chambre de disponible, pour un loyer gratuit ou modéré (complément de revenu pour le senior) en échange d’un temps de présence du jeune auprès du senior. (Réponse à la problématique de sous-occupation des appartements dans le parc social)
  • Dispositif « Voisins du Cœur » : Nous avons développé cette solution alternative pour les seniors ne voulant ou ne pouvant pas accueillir un jeune dans leur logement. Le bailleur loue à notre association un logement, que nous louons à un jeune, grâce à notre agrément d’intermédiation locative, pour un loyer modéré, en échange de quoi le jeune doit créer du lien avec les seniors de son immeuble. L’objectif est de rompre l’isolement et la solitude des seniors. Pendant cette période de confinement ces jeunes se sont beaucoup investis auprès des seniors de leur immeuble et des immeubles voisins pour proposer des visites, pour faire les courses des personnes âgées, pour distribuer le journal de l’association, en respectant les règles de sécurité.
  • Mission d’animation et de création de lien social au sein d’un immeuble social : De par notre expérience à faciliter les rencontres entre les habitants et entre les générations, nous nous sommes lancés depuis quelques années dans l’accompagnement de projets de réhabilitation en développant des activités favorisant le lien social et la médiation. Le bailleur met à disposition un local (ou un appartement) pour un jeune de notre association en service civique, en journée, pour proposer des activités, des visites, des temps d’échange, des moments conviviaux, des ateliers aux seniors de l’immeuble. Le service civique sur place devient une personne relais, de confiance, auprès des seniors de l’immeuble pour toute aide, pour toute question. Ce type de mission est souvent demandé dans le cadre d’une réhabilitation d’un immeuble.

Témoignage :

 « Les cohabitations ont permis, aux personnes âgées et à moi-même, d’avoir une présence humaine et de se sentir moins seuls. Cela a également permis d’avoir une présence la nuit pour les seniors, qui se veut rassurante. Si il venait à se passer quelque chose, j’étais là pour les aider, et cela les rassurait eux et leur famille.
Nous avons aussi beaucoup appris à nous connaître, et nous avons partagé beaucoup de moments conviviaux. Regarder la télévision ensemble de temps en temps, sortir faire les courses, avoir des discussions sur divers sujets intéressants….
Si je devais décrire cette expérience en 2 mots, ce serait Partage et Convivialité. »
Sarah Bouaoud, jeune en résidence sociale
 
«  Avec les séniors de la résidence, je discute beaucoup, je les aide à régulariser leurs factures d’internet. Ils sont ravis qu’une association leur donne l’occasion de discuter avec des jeunes. Mais encore plus, lorsque ces derniers les aident dans certaines tâches. »
Hugo Sellier, jeune en résidence sociale

 «  Je suis en contact particulièrement avec deux hommes, veufs. M. B et M. D ; le premier est un puits de culture, le second un puits d’humanité. Leur point commun : la méfiance, mais ils passent régulièrement me voir et nous échangeons souvent sur leur vie, l’actualité… »
Jean Paul Adjakon, jeune en résidence sociale

Témoignages – les résidences sociales durant le confinement :

 « Durant le confinement, les seniors ont préféré garder des distances physiques à cause du virus. Donc je n’ai pas pu leur rendre visite, ou me promener avec eux. En revanche, je les appelais souvent, et je demandais s’il leur manquait rien, s’ils avaient besoin que je leur fasse des courses ou autre.. On se voyait pas, mais on parlait assez au téléphone, et je faisais en sorte qu’ils restent rassurés et qu’ils sachent que j’étais là s’ils avaient besoin de quoique ce soit. »
Sarah Bouadoud, jeune en résidence sociale

« Lors du confinement, je n’avais plus de contacts physiques avec les séniors. Cependant, on communiquait régulièrement avec eux par téléphone. J’ai les ai aussi aidés à payer leurs factures en ligne. »
Jean Paul Adjakon, jeune en résidence sociale

Nous nous tenons à votre disposition pour discuter avec vous d’un potentiel projet en partenariat avec notre association à mettre en place dans vos résidences.